La libre expression

Les activités n'ont pas cessé en temps de Covid : par Anne Viala

(17/05/21)

 A part pendant les périodes de confinement total, j'ai continué les marches en respectant les consignes dont la limite de 6 personnes par groupe. La demande s'est accrue du fait de l'abandon forcé de nombreuses activités et de l'absence de distractions. J'ai vu l'effectif habituel doubler et atteindre 20 à 25 demandes, ce qui m'a conduit à faire des  inscriptions sur 5 ou 6 demies-journées chaque quinzaine.

Les motivations des participants étaient la marche mais aussi la rencontre des autres. Des liens amicaux se sont renforcés, certains ont rendu des services à d'autres. Nous avons partagé les joies et les peines, nos idées d'activités, les sujets d'actualité  dont la vaccination que tout le monde semble avoir faite. Dans l'été 2020, j'ai pu mener 10 promenades différentes, une par semaine, à la journée, hors de Paris ; cela a complété et parfois remplacé les vacances des participants et je pense continuer l'été 2021 quand je serai à Paris. Le désir du groupe a surtout été d'être dans la nature et j'ai donc privilégié les jardins, les parcs et les forêts.

Cette activité m'a bien occupée, d'autant que je prépare chaque marche. J'ai apprécié de beaucoup sortir et de rencontrer personnellement chaque participant. J'ai entendu beaucoup de remerciements qui m'ont incitée à continuer. Lors des marches, j'ai appris sur les quartiers traversés, de la part des participants qui y avaient vécu et sur la nature, de ceux qui connaissaient bien arbres et fleurs. Après chaque sortie, Monick a fait un montage photo très apprécié et donc très attendu et je l'envoyais aux participants, parfois aussi à quelques personnes qui n'avaient pu venir. Bernard a parfois construit de plus grands montages encore avec des explications. Les participants ont envoyé parfois 1 ou 2 excellentes photos pour le groupe entier car, à chaque sortie au même endroit, on ne voyait pas exactement la même chose. La réussite de ces marches est lié à l'investissement et à la bonne humeur de tous.

Quelques personnes sont peu venues, parfois pas du tout, pour raison de santé. J'ai donné et pris des nouvelles, parfois je suis allée les voir.

Comme tout le monde, je souhaite la vie plus libre et plus riche qui devrait  commencer bientôt, même si le virus est encore là. Je continuerai l'atelier marche avec 10 personnes et plus quand ce sera possible. Mais cet atelier n'est pas le mien et devra durer même sans moi,

Anne Viala, le 17 mai 2021