L’alchimie de l’informatique, de la chimie, du tissage, de la laine et de la soie

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

par Hélène Doucet

Je connais Jo Richard qui participe à des ateliers que je fréquente aussi, le théâtre et le chant.   En juin dernier, à l’occasion des journées portes ouvertes des « Lézarts de la Bièvre », j’ai appris qu’elle était aussi une artiste.

 Jo Richard-Quelle sorte d’art pratiques-tu Jo ?
- Viens voir par toi-même, c’est impossible à expliquer, c’est l’aboutissement de mes multiples formations : enseignement, chimie, informatique et trente années de tissage, de la laine à la soie.

Je m’y suis donc rendue et suis immédiatement tombée sous le charme de ces compositions colorées qui tapissent tous les murs de l’appartement ; un agencement de lignes et de couleurs réalisant des figures surprenantes, saisissantes, aux titres évocateurs : gratte-ciel à NY, plage aux Caraïbes, moissons, 14 juillet.

 

 

Tissage

- C’est magnifique, comment fais-tu cela ?

- Je pars de rubans en fibres naturelles, de structures et largeurs diverses, que je teins pour obtenir une riche gamme de gamme de couleurs et que je croise en les tendant sur des châssis de peintre. Je termine en les stabilisant et les protégeant par plusieurs couches de vernis.

 

 

tissage

- C’est vraiment beau, est-ce que tu exposes, est-ce que tu vends ?

- Comme beaucoup d’artistes j’expose partout où l’on veut de moi et je vends à tous ceux qui en manifestent un vrai désir.

- Qu’est-ce qui te guide pour concevoir tes créations ?

- J’y pense très longtemps et souvent une image se produit, comme un déclic, elle s’inscrit en moi et peu à peu s’organise.