Les justes

Les justes

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

par  Françoise Cahen

Le titre de " Juste parmi les nations " à été créé pour honorer les Non-Juifs qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie. Le " Comité Français pour Yad Vashem " instruit les dossiers en France.

  • Au 1er rang : Lucien, Olivier, Auguste ,Victor Chardon.
  • Au 2ème rang, de gauche à droite : L. Bonhourt , A. Calmette, F. Cahen, D. Canal Varennes, R. Mizrahi, N. Caminade, D. Mérignarde

J'avais 20 ans en mai 1944. Ma mère et moi étions réfugiées à Aurillac depuis 1941 et j'étais intégrée à une bande de jeunes Aurillacois . Depuis l'occupation de la zone sud par les Allemands une sourde inquiétude planait sur les Juifs.

Les réunions étant interdites nous nous retrouvions entre jeunes dans les maisons de campagne de leurs familles : lorsque j'ai vu, isolée en forêt, la maison de Mr Alfred Chardon, j'ai pensé que c'était une cachette idéale ; j'en ai parlé à mes amis les fils Chardon et aussi à Denise Canal et à ses parents : réponse spontanée et positive de ces deux familles pour nous aider à fuir en cas de rafle qui en effet eut lieu le 25 Mai 1944 ; mais nous avions été prévenues la veille par le commissaire de police (résistant).

Notre fuite d'Aurillac avec l'aide de la famille Canal fut très périlleuse pour nous tous ; nous sommes restées cachées deux mois et demi dans la maison de Mr Chardon, à Dousques, et nous avons constaté qu'il venait en aide de toutes les façons aux résistants, maquisards, réfractaires STO.

Après la guerre je suis revenue plusieurs fois à Aurillac revoir mes amis et Mr Chardon est venu nous voir à Paris. C'est avec une très grande reconnaissance que je témoigne de leur courage et de leur humanité.

Médailles et diplômes ont été remis officiellement le 20 juin dernier dans la salle du conseil de la mairie d'Aurillac : pour Alfred chardon (décédé) à ses quatre fils ; pour Denise Canal-Varennes et ses Parents (Eugène et Florine,décédés).

La Montagne avait annoncé la cérémonie ; beaucoup de monde est venu et même si des contacts chaleureux avaient été conservés depuis 60 ans, il y eut des retrouvailles extraordinaires. Avant la cérémonie officielle, Françoise avait prévu un buffet convivial pour que les personnes puissent se retrouver, échanger leurs souvenirs ou faire connaissance.

Mr le Maire ouvrit la cérémonie en évoquant l'histoire de la guerre en Auvergne ; puis il lut les témoignages de Françoise Cahen justifiant un légitime hommage. La cérémonie fut émouvante et gaie ; " Les Justes " ont largement remercié pour cette reconnaissance, ce dont s'étonne encore Françoise à qui ils ont sauvé la vie au péril de la leur vie.