La sieste ou la sixième heure après le lever du soleil

La sieste ou la sixième heure après le lever du soleil

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

par Dr Sylvie Oxusoff-Étienne

Bien que souvent associée à la paresse, réservée aux petits enfants et aux « vieux », la sieste (de l’’espagnol « siesta », du latin « sexta hora » après le lever du soleil) peut se révéler un outil de prévention essentiel de la dette de sommeil à laquelle nous contraignent le stress et l’hyperactivité propres à la société moderne.

En quarante ans, en Occident, l'homme a perdu près de deux heures de sommeil quotidien. Les loisirs, la télévision, Internet et les temps de transport qui s'allongent ont perturbé les rythmes biologiques.

On sait que le manque de sommeil peut entraîner une somnolence diurne et aussi une diminution des performances professionnelles et scolaires, une altération de la qualité de vie, une dépression, des accidents…. De nombreux arguments épidémiologiques tendent à démontrer que la dette de sommeil chronique a aussi des répercussions métaboliques et cardiovasculaires. Ainsi les maladies telles que l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque sont souvent associés aux troubles du sommeil. Par ailleurs, le vieillissement naturel s’accompagne de modifications du système veille/sommeil : Si la quantité totale de sommeil par 24h est comparable à l’âge de 40 et de 70 ans, la continuité du sommeil nocturne est perturbée par des réveils plus fréquents et prolongés. Une sieste permet souvent de rattraper la dette de sommeil nocturne.

Plus on approfondit la recherche sur le sommeil, mieux on perçoit son rôle déterminant dans la plénitude de l’être et de son bien être, ainsi que sa contribution dans l’émergence de maladies. Longtemps le « coup de pompe » ressenti en début d’après-midi était décrit comme secondaire à la digestion, or des études canadiennes semblent démontrer aujourd’hui qu’il s’agit d’un RYTHME BIOLOGIQUE INNÉ « que nous sommes physiologiquement faits pour dormir l’après-midi » et que la sieste appartiendrait à notre patrimoine génétique : le rythme biologique de base serait marqué par un épisode principal de sommeil généralement nocturne suivi d’un épisode secondaire de sommeil le jour…

LA SIESTE SERAIT DONC BIEN RÉGULÉE PAR L’HORLOGE BIOLOGIQUE QUI LUI DONNE SON CARACTERE UNIVERSEL. Les bienfaits d’une sieste sont nombreux : Les actions positives du sommeil (par l’intermédiaire d’hormones, notamment) portent sur l’amélioration de la vigilance et la performance de conduite automobile, des capacités de mémorisation et de jugement mais aussi la prévention d’un certain nombre de maladies chroniques.

La durée de sieste conseillée est de 20 à 30 minutes. Néanmoins, IL NE FAUT PAS CONFONDRE « L’APPEL DE LA SIESTE » en début d’après midi, physiologique, avec une somnolence anormalement persistante, des syndromes d’apnée du sommeil qui surviennent.