La longévité

La longévité

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

par le Dr Sylvie Oxusoff-Etienne

C'est à partir du XIXème siècle que la longévité a commencé à croître : auparavant et pendant des millénaires, les hommes vivaient en moyenne une trentaine d'années, même si des vieillards aux âges très avancés ont toujours existé ou habité de nombreuses légendes.

Depuis 100 ans, la longévité connait une accélération incroyable et, de 35 ans pour l'homme et 38 ans pour la femme en 1805, l'espérance de vie est passée à 76 ans pour l'homme et 83 ans pour la femme en 2005.

Mais qu'est-ce que l'espérance de vie ? Elle est une estimation de la longévité moyenne des individus ayant la même année de naissance et est calculée à partir du taux de mortalité relevée à chaque âge dans l'année de référence.

On ne doit pas la confondre avec la durée de vie moyenne qui n'est pas une estimation mais une moyenne exacte calculée à partir de l'âge de survenue des décès, toutes générations confondues, une année donnée. Son évolution dans le temps est un indicateur fidèle du vieillissement d'une population.

Cette prodigieuse avancée de la longévité est le fruit de progrès médicaux et socioéconomiques considérables : la lutte contre la pauvreté, l'amélioration des conditions de vie, les progrès dans la chaîne alimentaire, l'instruction sont les principaux promoteurs de la longévité.  Elle est d'ailleurs en déclin dans les pays victimes de difficultés socioéconomiques graves comme la Russie ou certains pays africains.

Depuis l'essor des sciences du vivant, les chercheurs travaillent à tenter de comprendre pourquoi nous vieillissons et de nombreuses théories ont vu le jour : théories évolutionnistes, théories génétiques puisque notre longévité semble fortement dictée par nos gènes, théorie des radicaux libres qui sont issus d'un stress oxydatif sous l'effet d'un environnement nuisible ou d'un exercice intense trop prolongé, théorie du pontage dont le promoteur principal est le glucose, théories systémiques où le système neuro-endocrinien jouerait un rôle fondamental.

Aucune ne peut prétendre résumer à elle seule le processus de vieillissement. En réalité le vieillissement est très probablement sous le contrôle de multiples facteurs génétiques et environnementaux, et ce que nous faisons et ferons de nous-mêmes est déterminant pour les années à venir : aimer la vie, savoir s'adapter, être gourmet, lutter contre la sédentarité, combattre le stress, stimuler son intelligence semble être déjà de bons conseils pour mieux vieillir.