Journal N° 33 - Printemps 2015

Journal N° 33 - Printemps 2015

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Editorial

Déplacements ...

Notre langue sait jouer avec les mots. Rappelez-vous nos souvenirs d'école avec le sens propre et le sens figuré : la clé de la porte et la clé des champs. Je vous propose aujourd'hui de jouer avec le mot «déplacement ». Peut-être le mot « changement » conviendrait mieux ? Ces mots se nourrissent dans l'espace et le temps, réalités dans lesquels nous nous mouvons. La vieillesse,notre champ quotidien, est encore ouverte au gran large de l'histoire et de nos histoires. Notre itinéraire de vie s'est construit sur le changement, enfance, adolescence, la découverte de l'autre, le temps des amours et la vie avec les enfants qui en naissent. Construits avec le passé et dans le passé, nous devenons différents jour après jour.

Nous acceptons ces déplacements, dans nos vies longues à souhait. Le temps du travail n'est plus mais pourtant il nous nourrit encore de nos retraites, peu ou prou il est vrai, salaire différé de notre travail d'hier. Mais dans nos têtes, les déplacements sont encore plus nombreux sauf si nous restons confinés dans un passé mortifère. Nous avons cru aux lendemains qui chantent, sans trop d'illusions pourtant, le progrès allait abolir des servitudes, d'autres s'imposent aujourd'hui.

Nous en voyons les résultats : chômage, précarité, exclusion. La devise républicaine « Liberté, Fraternité, Égalité » est mise à mal. Déplacement de nos certitudes et de nos croyances et nous n'avons pas fini d'essayer de comprendre le sens de la vie. « La vie est dans le changement » dit un vieil adage. À la fin de la guerre de14-18, dans un réflexe de fraternité, les mêmes qui avaient voté la loi de laïcité, vingt ans auparavant, n'hésitèrent pas à bâtir une mosquée en plein Paris. Ils voulaient saluer la mémoire et la mort de tant de soldats africains et maghrébins, Français, disions-nous alors, sans l'avoir jamais été.

Étranges étrangers, plutôt, qui nous appellent à toujours déplacer nos catégories. Ce très beau lieu n'a jamais fait de l'ombre à un autre lieu bâti à quelques centaines de mètres, Notre Dame de Paris, à dix siècles de distance. Magnifiques déplacements dans l'espace et le temps mêlés ! Les amoureux du Jardin des Plantes à Paris terminent avec bonheur leur promenade en allant boire un thé à la menthe à la Mosquée.

 

Henri POUSSET


Téléchargez le journal N°33 !