Journal N° 31 - 2e trimestre 2014

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Editorial

Le temps et l'âge

Le journal de Générations13 n'a la prétention que d'être un lien entre nous, il dit ce que nous sommes et ce que nous souhaitons être dans cette société. Cette société va si vite qu'elle nous donne parfois le tournis. Alors j'ai envie de m'arrêter un instant et d'essayer de dire un mot sur le temps qui passe. Le temps nous habite ou nous sommes habités par lui. Il y a des marqueurs de ce temps auxquels nous ne pouvons nous soustraire, hier, aujourd'hui, demain, le jour et la nuit, les mois et les saisons. Répétitions sans cesse recréées qui font la saveur et la nouveauté de nos quotidiens. Il faudrait être poète pour parler du temps qui passe, des souvenirs qui s'accumulent, des désirs toujours renouvelés. Un ami qui, il y a peu, arpentait avec plaisir le quartier de la Butte aux Cailles écrivait pour ses 80 ans :

"J'ai quatre-vingts ans comme un bonjour comme un jour nouveau comme un nouveau matin.
Parce que, figurez-vous, qu'à mon âge je n'ai encore jamais eu quatre-vingts ans !"

Nous entretenons avec l'âge des connivences, des espérances et jour après jour nous avons le bonheur des commencements. Nos mémoires sont sélectives et entretiennent le souvenir des temps heureux, ce qui nous aide à vivre, parfois à survivre. Nous aimons les anniversaires, ils sont notre histoire, ils accompagnent nos récits de vie, les enluminent souvent pour mieux les comprendre et les partager. Cette année nous nous souvenons de beaucoup d'évènements, il y a cent ans l'assassinat de Jean Jaurès, prémices parmi d'autres, de ce que va être la Grande Guerre, célébrée cette année. Un clin d'oeil, pour vous Mesdames, si nombreuses à Générations13, le droit de vote des femmes, il y a 70 ans … voulu par le gouvernement de la Résistance siégeant encore à Alger.

Le temps tarit les larmes et panse les plaies ouvertes. Alors nous pouvons entretenir avec ceux qui nous ont faits, parents et amis, des bonheurs toujours vivants malgré l'absence. Je vous livre pour clore un poème de François Cheng, Académicien Français, Chinois de naissance et passeur de culture.

"Parfois les absents sont là
Plus intensément là
Mêlant au dire humain
Au rire humain
Ce fonds de gravité
Que seuls
Ils sauront conserver
Que seuls
ls sauront dissiper
Trop intensément là
Ils gardent silence encore"

 

Henri POUSSET


 Téléchargez le journal N°31 !